03 novembre 2008

la foule des gueux

La ville de Chicago se prépare à la soirée électorale la plus folle de son histoire. Obama est le premier élu de Chicago à briguer la présidence américaine (Lincoln était aussi élu de l'Illinois, mais était établi à Springfield, au sud de l'Etat, et Reagan, autre natif de l'Illinois, a bâti sa carrière d'acteur et de politique en Californie), et la population espère fêter comme il se doit l'élection de son sénateur favori. Pour cela, un parc en bordure du lac Michigan a été réservé, et c'est là que Obama fera son discours de nouveau président ou de battu. Mais la mairie de Chicago s'inquiète : et si l'élection d'Obama déclenchait une ruée des habitants noirs des quartiers pauvres du sud de la ville vers le centre-ville ? On encourage les gens à fêter l'élection dans leurs quartiers respectifs, mais on redoute l'invasion des quartiers chics par une populace, qui pourrait se croire chez elle !Jackson

Cette grand peur, qui signale l'ambiguité du processus électoral, trouve un écho lointain avec l'élection à la présidence d'Andrew Jackson, en 1828. Né en 1767 dans une famille modeste, Jackson était un général, un dur à cuire surnommé "Old Hickory", qui traîna ses guêtres dans la guerre de 1812 contre l'Angleterre, les guerres contre les Indiens séminoles, avant son entrée en politique en 1822 comme sénateur du Tennessee. Dans la foulée, il se présenta à l'élection présidentielle de 1824, qu'il perdit de peu (cette élection fut la première à être au suffrage universel masculin). Il prit sa revanche en 1828, en étant élu 7e président des Etats-Unis -- après une campagne très brutale, où sa femme fut accusée de bigamie, ce qui la tua (l'accusation, pas la bigamie). Président démocrate, Jackson fut le premier président à ouvrir les portes de la Maison Blanche au public à l'occasion de la cérémonie d'inauguration, le 4 mars 1829. La foule des gueux s'y précipita : la demeure fut envahie, les souliers boueux tâchèrent les tapisseries et les fauteuils, la vaisselle fut cassée. On dit qu'il fallut verser de l'alcool dans des baignoires transportées sur la pelouse pour faire sortir les fêtards ! Scandale à la Maison Blanche, titrèrent les journaux le lendemain… Aujourd'hui, cette anecdote est regardée d'un œil bienveillant par les Américains, qui voient dans l'apparition tonitruante du peuple la démocratisation de la vie politique et l'appropriation de ses symboles.

Et si l'élection d'Obama se traduisait par une foule de gueux dans des endroits qu'ils ne fréquentent pas d'habitude, comme la très chic Michigan Avenue, le "Magnificent Mile" en plein centre-ville ? Ah, mais la police de Chicago, réputée pour avoir la main lourde, veille au grain…

image : gravure représentant la foule devant la Maison Blanche en mars 1829, à l'inauguration du nouveau président.

Posté par Pap Ndiaye à 21:48 - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires sur la foule des gueux

    Ah là là, ça me fait repenser, tout ça...

    à une certaine élection française de 1981, un "homme à la Rose", et une liesse populaire qui fit descendre les gens dans la nuit de mai... Sans émeutes, mais pourtant il y avait là une prise de pavé, de rue, d'espace public, comme pour marquer les territoires de l'espoir.

    Qui allait être bientôt déçu...

    Avez-vous pensé à ce parallèle 1981 Mitterrand France et 2008 USA Obama ? est-il pertinent ou complètement à côté de la plaque ?

    Bon, je vais quand même citer le Cornwell d'Assouline : "Si Obama est élu, je ferai la fête toute la journée, et puis, dès le lendemain, je serai son plus ardent critique"

    merci à vous pour ce "blog de campagne" si éclairant !

    Clopine

    Posté par Clopine, 04 novembre 2008 à 10:23 | | Répondre
  • Oui, très juste, je n'avais pas pensé à 1981... c'est pourtant plus proche de nous que l'élection de Jackson...

    Posté par Pap Ndiaye, 04 novembre 2008 à 15:14 | | Répondre
  • Vous oubliez de préciser qu'il faut des tickets pour aller à l'évenement organisé par Obama...Tickets que sa campagne a réservé quasi-exclusivement aux membres du parti démocrate de l'Illinois. Environ 70000 tickets, je ne connais que l'ordre de grandeur, ont été distribués, et ils sont tous partis en une demi heure.
    Je suis moi-même à Chicago en ce moment, étudiant français en échange à l'université de Chicago, et autant dire que c'est très frustrant...Evidemment la fête ne se limitera pas à Grant Park, mais le fait de demander des tickets est déjà un bon moyen de réguler le flux d'arrivants. Le maire Dailey s'attendait à 1 millions de personnes...

    J'ajouterai aussi que beaucoup d'Américains que j'ai croisé sont soucieux de la sécurité et se demandent ce qu'il pourra se passer si Obama venait à perdre devant autant de monde...Mais pour avoir vécu à Chicago depuis plus d'un mois, je me suis rendu compte que la plupart des Américains était de toute façon beaucoup plus paranoïaques que les Français. Les vieux préjugés et clichés à l'encontre des Noirs qui ressortent, j'imagine...

    Posté par Olivier, 04 novembre 2008 à 18:14 | | Répondre
  • Vous avez raison, mais des écrans géants ont été installés pour celles et ceux qui ne rentreront pas dans l'enceinte réservée et payante, d'après ce que je comprends. Le maire Daley craint pour son centre-ville, un peu comme son père, également maire de la ville, craignait pour sa ville lors de la convention démocrate de 1968 (tiens, une idée de post). Sacré Daley !
    Enfin, je suppose que vous êtes dans le sud de Chicago : il y aura certainement de l'excitation ce soir dans le south side ! enjoy!

    Posté par pap Ndiaye, 04 novembre 2008 à 18:46 | | Répondre
  • clairvoyance

    Bonjour,

    Compliment pour vos posts et pour votre clairvoyance.vous aviez dit sur France Culture il y a quelques semaines que la victoire d'Obama était acquise et que le "suspense" était factice.Pour ma part ,j'ai pensé jusqu' au dernier moment que les conservateurs ou les "peureux" risquaient de l'emporter;Il n'en n' arien été, et c'est vous qui aviez raison

    Posté par zorg, 05 novembre 2008 à 07:59 | | Répondre
  • TCHIN TCHIN Monsieur Ndiaye !

    j'ai envie de vous dire que c'est bien bon, de pouvoir prendre, pour une fois "sa réalité pour des désirs" !


    (même s'il faut raison garder. Obama... est ce qu'il est.)

    Et de citer, à la suite de Pierre Assouline, Cronwell "Si Obama est élu, je ferai la fête toute la journée, puis je deviendrai le lendemain son plus ardent critique".

    N'empêche, on a tous en nous, ce matin, quelque chose de Barak Obama...

    Clopine, et merci à vous pour votre blog passionnant.

    Posté par Clopine, 05 novembre 2008 à 11:02 | | Répondre
  • Un 10 mai 1981 américain ?

    Bonjour,

    A l'instar de Clopine, j'ai spontanément fait le parallèle entre l'élection d'Obama et celle de Mitterrand : même impression de rupture radicale, mêmes manifestations de joie, mêmes espoirs suscités parmi la population...

    Pourtant, à la réflexion, il me semble qu'un certain nombre d'éléments viennent nuancer, voire infirmer, ce parallélisme. D'abord Obama apparaît comme un homme nouveau (qui le connaissait il y a seulement trois ans ?), d'une génération nouvelle. Mitterrand était un vieux renard de la politique (plus de 30 ans de carrière déjà en 1981) qui avait 10 ans de plus que son rival VGE. Par ailleurs Mitterrand, avec un art consommé de la mise en scène (Panthéon...) s'est forgé des références symboliques. Obama n'a pas besoin de cela, il EST le symbole. Enfin l'élection d'Obama a une influence internationale bien supérieure à celle de Mitterrand.

    En revanche je comparerais volontiers le 4 novembre 2008 au 9 novembre 1989 : événement à forte teneur symbolique, liesse quasi mondiale, impression d'assister à un tournant historique... L'avenir dira si Obama aura eu un impact aussi important que la chute du mur de Berlin.

    Une remarque pour terminer, suivie d'une question, presque une supplique. Les blogs d'historiens sont quasi inexistants, surtout en histoire contemporaine, alors que la demande me paraît forte. Peut-on vous demander de continuer à alimenter ce blog (ou un autre) au-delà des élections américaines ?

    Merci déjà pour vos analyses lumineuses, en espérant que vous poursuivrez vos travaux blogosphériques.

    Sylvain

    Posté par sylvain, 05 novembre 2008 à 15:26 | | Répondre
Nouveau commentaire